L’équipe d’ATLANTYS

atlantys_bande_photo

Frédéric LE BLAY, Coordinateur scientifique du programme.

Fred01

Frédéric Le Blay est Maître de Conférences en Langues, Littératures et Civilisations anciennes. Il enseigne au sein du Département de Lettres anciennes de l’Université de Nantes, dont il assure également la direction.

Il mène ses recherches au sein du Centre François Viète ; il est également membre de l’équipe L’Antique, le Moderne (L’AMO), l’un des partenaires d’ATLANTYS.

Ses travaux portent sur la pensée scientifique de l’Antiquité gréco-romaine et sur son héritage. Il est en particulier spécialiste de deux domaines, la médecine et la météorologie. Le croisement de ces deux domaines du savoir le conduisent à étudier les systèmes cosmologiques et la manière dont les représentations et les conceptions relatives au cosmos et à la nature informent la pensée théorique comme l’imaginaire. Il prépare actuellement un livre consacré à la science antique des volcans.

Le projet ATLANTYS est issu des réflexions que ses travaux de recherche l’ont conduit à mener sur la relation des hommes avec la nature, dans le contexte culturel des civilisations anciennes du Bassin méditerranéen.

Il rejoint également son engagement personnel en faveur d’une approche globale et critique des questions environnementales, qui ne se limite pas à la recherche de solutions techniques ou à l’affirmation incantatoire de postures idéologiques et réductrices. Cet engagement l’a notamment conduit à représenter l’Université de Nantes à la 1ère Conférence internationale  pour le Développement de Campus Durables (International Symposium for the Establishment of Sustainable Campuses) organisée par l’Université de Kyoto (Japon) en mars 2014.

Université de Kyoto, mars 2014.

Université de Kyoto, mars 2014.

Enfin, sa fréquentation régulière des philosophes de l’Antiquité classique l’encourage à défendre une vision apaisée de l’avenir de l’humanité. De la même manière que la conscience de notre mortalité individuelle donne sens à notre existence, la conscience de la fragilité et de la mortalité du monde que nous habitons, et des risques majeurs auxquels ce monde nous confronte sans cesse, doit nous conduire à mieux définir et mieux comprendre nos responsabilités collectives.

Page Web : https://leblay.hypotheses.org

atlantys_bande_vagues

Axel CREACH, Post-doctorant sur le programme ATLANTYS, Centre François Viète, Université de Nantes.

Photo Axel

Géographe de formation, titulaire d’un doctorat en géographie et en économie de l’Université de Nantes depuis novembre 2015, Axel CREACH travaille sur l’évaluation de la vulnérabilité humaine face à des événements extrêmes d’inondation. Au travers d’une méthode originale développée durant sa thèse, son approche a un double objectif :

  • mener un diagnostic de vulnérabilité afin identifier de manière préventive les constructions résidentielles où des décès peuvent survenir en cas de submersion marine ;
  • sur la base du diagnostic établi, comparer différentes mesures de réduction de la vulnérabilité et identifier celles qui présentent un intérêt à la fois du point de vue de leur efficacité que de leur coût de mise en œuvre.

Dans le cadre d’ATLANTYS, il va poursuivre ses travaux en les élargissant à d’autres catastrophes récentes ou plus anciennes, dans l’objectif de donner des clés d’adaptation face aux changements globaux, dont les influences sont particulièrement importantes sur les littoraux.

Page personnelle : https://www.univ-nantes.fr/E11D706F/0/fiche___annuaireksup/

Publications récentes :

Thèse : Creach A. (2015), Cartographie et analyse économique de la vulnérabilité du littoral atlantique français face au risque de submersion marine. Thèse de Doctorat, Université de Nantes, 2 volumes (Volume 1 : Manuscrit, Volume 2 : Atlas), 576p.

Lire : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01275600

Creach A., Pardo S., Guillotreau P. et Mercier D. (2015), The use of a micro-scale index to identify potential death risk areas due to coastal flood surges: lessons from Storm Xynthia on the French Atlantic coast. Natural Hazards, vol. 77, n°3, p. 1679–1710.

atlantys_bande_vagues

Rita COMPATANGELO-SOUSSIGNAN, Co-responsable de l’axe 4 « Survivre à la fin d’un monde : perspectives historiques et géographiques ».

rita-sur-seine

Rita COMPATANGELO-SOUSSIGNAN est professeure d’histoire romaine à l’Université du Maine, directrice-adjointe de l’Ecole Doctorale 496 des Universités des Pays de la Loire « Sociétés, Cultures, Echanges » et membre du Comité National du CNRS (section 32).

Elle effectue ses recherches dans le cadre de l’Unité Mixte de Recherche 6566 CReAAH (Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences, Histoire – CNRS/Ministère de la Culture/Universités de Rennes, Nantes, Le Mans), et elle est également directrice-adjointe de cette unité pour le quinquennal 2017-2021.

Ses travaux multi-disciplinaires sur les paysages antiques l’ont amenée à collaborer dans les années 2000 à différents projets internationaux – l’Action COST A27 LANDMARKS « Understanding pre-industrial structures in rural and mining landscapes » et le programme canadien « La gestion intégrée de l’eau dans l’Empire romain » de l’Université Laval. Ses recherches actuelles ont pour objet la géographie et la science antiques (la météorologie, en particulier) dont elle étudie le lexique et les concepts dans une perspective historique comparative vis-à-vis des sciences de la terre contemporaines. L’ouvrage récent « Cycles de la Nature, Cycles de l’Histoire. De la découverte des météores à la fin de l’âge d’or », 2015 dont elle est co-éditrice, exemplifie cette approche.

Son implication dans le programme ATLANTYS, répond à ses intérêts scientifiques, qu’elle souhaite élargir sur le plan géographique et disciplinaire, et enrichir d’une ouverture sociétale contemporaine.

Recherche : http://www.creaah.univ-rennes1.fr/spip.php?rubrique369

Choix de publications : http://sophau.univ-fcomte.fr/annuaire/annuaire_sophau_page_perso.php?idpersonne=81

atlantys_bande_vagues

Etienne CHAUVEAU, Co-responsable de l’axe 4 « Survivre à la fin d’un monde : perspectives historiques et géographiques ».

_dsf7752_web

Etienne CHAUVEAU est maître de conférences en Géographie à l’Université de Nantes et membre du laboratoire Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique (UMR 6554, CNRS). Il s’intéresse à des problématiques de gestion de l’eau et d’hydrologie avec un intérêt particulier pour les risques associés, et notamment le risque de submersion marine.

A la suite de la tempête Xynthia, Etienne s’est attaché à une analyse fine de l’événement. Ses travaux ont permis de montrer que cet événement ne possédait pas un caractère inédit et exceptionnel. Ainsi, les conséquences de la submersion marine sont avant tout liées aux choix d’aménagement sur le littoral.

Le rôle du changement climatique dans l’augmentation du risque de submersion marine a poussé Etienne à s’intéresser plus récemment à l’adaptation des territoires littoraux pour se prémunir face à ces modifications environnementales.

Son implication dans le programme ATLANTYS vise à comprendre comment les sociétés littorales s’exposent, consciemment ou inconsciemment, aux risques littoraux, pouvant conduire à des catastrophes d’ampleurs lorsqu’une tempête et une submersion marine surviennent.

Recherche : Fiche d’Etienne sur le site de l’Université de Nantes

Paul-André CLAUDEL, Co-responsable de l’Axe 3 « Récits et représentations d’apocalypses ».

Paul-André Claudel est Maître de Conférences en Littératures comparées à l’Université de Nantes. Ses recherches portent sur le domaine méditerranéen, de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale. Il s’intéresse plus particulièrement à certains mythes liés à l’Orient et à la Méditerranée dans la littérature et l’iconographie des dernières années du XIXe siècle : égyptomanie et égyptophilie dans la culture décadente, représentations imaginaires du Moyen-Orient et de ses mystères, mythes féminins associés à l’Orient antique (Salomé, Cléopâtre), mythes « méditerranéens » de l’origine et de la fin (l’Atlantide).

Sa participation au programme ATLANTYS est liée à ses recherches actuelles sur le mythe de l’Atlantide dans la littérature et les arts, de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale : le souvenir de la cité engloutie sous les eaux hante en effet la culture européenne entre 1870 et 1914, sous les formes les plus diverses (spectre de la fin du monde, rêverie archéologique sur les mondes perdus, idée de la décadence ultime des civilisations…) : autant de thèmes qui font directement écho à nos préoccupations contemporaines, et qui s’inscrivent dans les problématiques du programme ATLANTYS.

Paul-André Claudel s’intéresse également aux conjectures autour de l’Atlantide au Sahara, aussi bien chez les savants et les géographes du XIXe siècle (Dominique-Alexandre Godron, Étienne-Félix Berlioux) que chez les romanciers (Pierre Benoît), les archéologues (Albert Hermann) ou les explorateurs (Henri Lhote) du XXe siècle. Il prépare un livre sur le sujet, centré sur ce que l’on pourrait nommer « l’imaginaire atlantidien » dans la recherche archéologique saharienne.

Page Web : http://lamo.univ-nantes.fr/_Paul-Andre-Claudel_

Nicolas Roussiau, Co-responsable de l’Axe 1 « La fin du monde : un imaginaire universel ? « 

Nicolas Roussiau est Professeur de psychologie sociale à l’université de Nantes, il est membre du Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire (LPPL, EA 4638) et Directeur de l’école doctorale ELIC (Éducation, Langage, Interaction, Cognition). De 2012 à 2016, il a été responsable de l’équipe de recherche « Cognition et Croyances » du Laboratoire LPPL.

Ses travaux portent sur les croyances sociales, la spiritualité religieuse et areligieuse et les croyances ascientifiques. Son implication dans le programme ATLANTYS, s’inscrit dans ses intérêts scientifiques au niveau des interactions entre les croyances sociales et la question de la fin du monde. Il étudie notamment la combinaison des facteurs émotionnels, des mécanismes de projection, de l’imaginaire et du besoin de contrôle dans la mise en place des processus sociocognitifs à l’origine des croyances. Un ouvrage sur les croyances sociales (à paraître) dont il est éditeur, aborde la question de la croyance en la fin du monde en manipulant les variables lieux de croyances internes et externes dans la conception de la fin du monde.

Il a co-dirigé avec Frédéric Le Blay un rapport de recherche intitulé « Les représentations sociales de la croyance en la fin du monde », produit de recherches de l’Axe 1 du programme.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *