En Bretagne

ATLANTYS à Illiz Koz (Plouguerneau, Finistère)

Une partie des membres d’ATLANTYS s’est rendue dans le Finistère entre le mercredi 14 et le jeudi 15 juin 2017 afin d’y visiter le site d’Illiz Koz en Plouguerneau (Finistère). Ils ont également fait d’autres arrêts pour observer des sites revêtant un intérêt pour le programme. L’encart en fin de document retrace le parcours suivi.

L’équipe était composée de Frédéric LE BLAY (responsable du programme, Université de Nantes), Axel CREACH (collaborateur scientifique, Université de Nantes) et Rita COMPATANGELO-SOUSSIGNAN (co-responsable de l’axe 4, Université du Maine) auxquels se sont joints Christiane et Jean-François SIMON (Université de Bretagne Occidentale, Brest).

Visite du site d’Illiz Koz

L’histoire du site d’Illiz Koz est singulière : figé sous les sables pendant plus de 250 ans, il n’a été redécouvert que dans les années 1970 lors du creusement des fondations d’une construction résidentielle. Le site offre ainsi le témoignage rare d’une paroisse de l’époque médiévale.

Illiz Koz, qui signifie « l’ancienne église » en breton (Illiz : église et koz : vieux), était le centre de l’ancienne paroisse de Tréménac’h. Le site mis à jour et fouillé concentre les ruines d’un ancien enclos paroissial composé d’une église, d’un presbytère et de nombreuses pierres tombales (Figure 1).

Figure 1 : les ruines de l’église d’Illiz Koz (au premier plan) et une partie des pierres tombales (crédits : Frédéric Le Blay).

A l’entrée du site, une reconstitution sous la forme d’une maquette donne un aperçu de l’ampleur des constructions (Figure 2) : l’église était composée de deux tranches d’époques différentes et reliée au presbytère par une rue pavée. L’ensemble était ceinturé par un haut mur (près de 2 mètres) afin, notamment, de protéger le site de l’ensablement. L’enclos était également occupé par des cultures et des pierres tombales.

Figure 2 : maquette du site d’Illiz Koz tel qu’il devait se présenter avant son ensablement (crédits : Axel Creach).

L’ensablement du nord Finistère est connu pour avoir été actif du XVIème au XVIIIème siècles. Le refroidissement général du climat, connu sous le nom de « petit âge glaciaire » a eu pour conséquence une progression des glaciers continentaux, notamment sur les îles britanniques. Cette progression a eu deux effets complémentaires :

  • en stockant sous forme de glace une partie de l’eau de mer, elle a entraîné une baisse sensible du niveau marin, de l’ordre de 1 à 2 mètres. Sur la côte de Plouguerneau, cela a eu pour effet de découvrir de vastes surfaces sableuses ;
  • la progression vers le sud des glaciers continentaux a entraîné un renforcement des vents d’ouest le long des côtes bretonnes par l’effet des vents catabatiques.

Le stock de sable ainsi découvert a pu être facilement pris en charge par les vents entraînant une déflation éolienne à l’origine de l’ensablement du nord Finistère. En l’occurrence, Illiz Koz était proche du vaste estran de la Grève Blanche.

Plusieurs épisodes d’ensablement successifs provoquent des dommages importants aux cultures et demandent un effort important pour retirer le sable accumulé. Au début, les habitants font face et certaines mesures d’adaptation apparaissent pour limiter les conséquences néfastes de ces épisodes, notamment par le rehaussement des murs d’enceinte.

Néanmoins, la récurrence des ensablements a raison de la patience des paroissiens. Les premiers à quitter les lieux sont les familles aisées. Puis décision est prise d’abandonner totalement le site en 1729. La dernière personne ayant quitté les lieux a laissé les clés sur le site ; elles ont été retrouvées lors des fouilles (Figure 3).

Figure 3 : les clefs du site, retrouvées dans l’église, symbole de la décision d’abandonner les lieux (crédits : Frédéric Le Blay).

Si l’abandon du site répond à des contraintes environnementales trop importantes pour les occupants du lieu, une légende locale rapporte des faits légèrement différents : l’ensablement serait la punition divine d’une farce faite par trois jeunes gens au curé d’Illiz Koz. Celui-ci étant aveugle, les jeunes gens recueillent un chat qu’ils décident de faire baptiser par le curé. Lors de la cérémonie, le chat miaule et le curé découvre la supercherie. Il demande alors à Dieu de faire justice en professe « « Anathème, que Tréménac’h soit anathème. Dieu punira le sacrilège et le sable sera le linceul de la paroisse et de son église. La tempête sera terrible. » [1]. La nuit suivante, le village d’Illiz Koz aurait été complétement recouvert par le sable. Ainsi, la légende repose sur un phénomène s’étant réellement produit –l’ensablement- mais en l’enjolivant : celui-ci ne s’est pas produit en une nuit mais sur trois siècles, ayant finalement raison des habitants.

La légende fait intervenir un autre phénomène physique, la parhélie [2]. En effet, il est dit que les personnes « au cœur pur » se présentant sur le lieu d’Illiz Koz au lever du soleil pourraient voir trois soleils simultanément. Des parhélies s’observent effectivement sur le site.

Après son abandon, le site est délaissé et peu à peu oublié ne survivant qu’au travers de la légende qui nous est parvenue. Les constructions ont été partiellement ensablées et se sont dégradées au fil du temps. De nombreuses pierres ont dû être réutilisées localement pour des constructions. Les ruines aujourd’hui visibles indiquent ainsi l’épaisseur atteinte par la couche sableuse, de l’ordre de 2 m.

L’une des richesses du site est la présence de pierres tombales anciennes. L’espace autour des églises étant limité, il était d’usage de remplacer au fil du temps les anciennes pierres par de nouvelles. Ainsi, les pierres tombales d’époque médiévale ou antérieures sont rares. Le fait que le site d’Illiz Koz ait été complétement figé entre 1729 et 1969 offre donc cette richesse. Certaines d’entre elles sont gravées, notamment de dagues et de boucliers ou de croix celtiques, démontrant la présence simultanée de deux cultes, chrétien et celtique. La Figure 4 montre l’exemple, unique sur le site, d’une pierre tombale dont les motifs apparaissent en relief et non sous le forme de gravures.

Figure 4 : pierre tombale avec motifs en relief (crédits : Frédéric Le Blay).

Témoin de l’abandon par l’homme d’un site considéré comme devenu trop contraignant pour y vivre, Illiz Koz interroge sur les limites de toute adaptation à un changement environnemental. Il pose également la question de la prise de décision d’abandonner la lutte : est-ce une décision collective ou individuelle ? Cela soulève aussi la question des inégalités sociales face aux changements environnementaux : les individus riches ont pu fuir plus tôt que les personnes modestes, les laissant lutter avec de faibles moyens, ce qui inévitablement accroît ces inégalités.

Sur la route des constructions mégalithiques

La partie nord du Finistère, le Léon, dispose d’une concentration remarquable de constructions mégalithiques : menhirs, dolmens, cairns et autres traces d’occupation humaine. Cette importance explique en partie pourquoi ce sont des termes issus de la langue bretonne qui font aujourd’hui référence pour désigner ces constructions : menhir vient de « men-hir » qui signifie la « longue pierre » (men : pierre et hir : long) et désigne une pierre dressée ; dolmen vient de « dol-men » qui signifie « table de pierre » (dol : table et men : pierre) et désigne une allée couverte.

Les membres d’ATLANTYS ont visité quelques sites à proximité de Plouguerneau.

La commune de Plouguerneau compte à elle seule plusieurs constructions importantes :, l’allée couverte de Lilia, le menhir ennoyé de Menozac’h, le cairn de l’île Venan, le tumulus de Penn Enez ou encore l’éperon barré de Beg Monom.

Dans le bourg de Lilia, une allée couverte, ou dolmen, relativement bien conservée est présente dans un espace arboré à proximité de l’église (Figure 5). Celle-ci date d’environ 2 500 ans avant J.-C. et a servi de chambre funéraire [3].

Figure 5 : allée couverte de Lilia (crédits : Frédéric Le Blay).

Le menhir ennoyé de Menozac’h, situé sur la plage de Saint-Cava est un témoin de la montée contemporaine du niveau de la mer : aujourd’hui situé sur l’estran, il est accessible à pied à marée basse alors que seul son sommet dépasse lors de la marée haute. À l’époque où il a été érigé il était situé sur la terre ferme ce qui vient nous rappeler que le niveau marin a connu une élévation de l’ordre de 120 m en 15 000 ans et la fin de la dernière période glaciaire.

Sur la commune de Ploudalmezeau, un autre site emblématique mérite le détour : le cairn de l’île Carn. Cette île, accessible à pied à marée basse, est coiffée d’un cairn dont la première partie a été érigée vers 4 200 ans avant J.-C. Il possède trois chambres funéraires et a la particularité d’avoir été enfoui sous un second cairn afin d’en condamner l’accès[4]

Malheureusement, compte-tenu des horaires de marée, il n’était pas possible de se rendre sur l’île lors de notre visite.

Enfin, l’équipe s’est arrêtée au menhir de Kerloas à Plouarzel ( Figure 6). Il s’agit du plus haut menhir de Bretagne encore debout. Aujourd’hui haut de 10 m (Figure 7), il a été amputé de 2 m au XVIIIème siècle par un coup de foudre [5]. Il a été élevé aux alentours de 3 000 ans avant J.-C.

À la base du menhir, il est possible d’observer deux bosses de part et d’autre de la pierre (Figure 7). La tradition locale rapporte que les jeunes mariés venaient y frotter leur abdomen, l’homme dans l’objectif d’avoir un garçon comme premier enfant, la femme pour s’assurer le contrôle du ménage [6].

Figure 6 : menhir de Kerloas (Plouarzel, Finistère), plus haut menhir de Bretagne (crédits : Frédéric Le Blay).

Figure 8 : bosse à la base de menhir de Kerloas (crédits : Frédéric Le Blay).

 
Encart : localisation des sites visités

 

[1] Voir https://diocese-quimper.fr/fr/diocese/paroisses/separateur/story/868/site-medieval-iliz-koz-a-plouguerneau

[2] Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Parh%C3%A9lie

[3] Voir http://plouguerneau.net/spip.php?article89

[4] Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Cairn_de_l%27%C3%AEle_Carn

[5] Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Menhir_de_Kerloas


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *